Nous écrire fondation@uvsq.fr
Nous appeler 01 39 25 78 80
FAIRE UN DON

Valoriser l’histoire spatiale française

This artist concept features NASA's Mars Science Laboratory Curiosity rover @NASA/JPL-Caltech

De nombreux objets témoignant des débuts des sciences et techniques de l’espace dorment aujourd’hui dans les sous-sols des laboratoires. Il est urgent de les mettre à disposition du public, et de faire témoigner les scientifiques pionniers du spatial.

La France a une riche histoire spatiale, qui mérite d’être valorisée. Avant même la création du Centre national d’études spatiales (CNES) en 1961, plusieurs laboratoires ont été à l’origine des premiers travaux associés à l’exploration spatiale. Ils ont utilisé des fusées, des ballons sondes, et contribué au premier satellite fonctionnel français de recherche portant sur les questions de télécommunication (France 1). De ce passé pas si lointain mais déjà presque oublié, il reste de nombreux objets, notamment les modèles de démonstration et les modèles de rechange. Et aussi beaucoup de documentation. « Aujourd’hui, nous prêtons ces objets pour des expositions, mais si on veut vraiment valoriser ce patrimoine, il faut avant tout l’organiser », souligne Philippe Keckhut, directeur du laboratoire Atmosphères, milieux, observations spatiales (LATMOS), issu de la fusion de deux de ces laboratoires pionniers.

La tâche est vaste. C’est un travail de scientifiques et d’historiens, mais aussi des muséographes et des professionnels de la médiation. L’Université Paris-Saclay, le CNRS et l’observatoire de Versailles-Saint Quentin (OVSQ) ont donc lancé le projet « la grande Histoire de la conquête spatiale » consistant tout d’abord à archiver tout ce matériel, notamment identifier les caractéristiques du fond d’archive, l’utilité scientifique des objets et ce qu’on peut en dire. Avec l’objectif d’organiser des expositions itinérantes thématiques, par exemple sur Mars, sur le Soleil ou sur l’observation de la Terre.

Ce patrimoine spatial a souvent été sollicité et récemment utilisé dans un atelier au Palais de la découverte (Paris), à la commémoration des 50 ans de collaboration franco-russe à Toulouse, ainsi qu’à une exposition sur Rosetta et les autres comètes à Elancourt (Yvelines). Des étudiants en médiation participent à l’organisation de l’information, et Philippe Keckhut souhaite solliciter des entreprises mécènes via la Fondation UVSQ.

Mais l’histoire spatiale, ce n’est pas seulement des objets ! Les hommes et les femmes qui ont participé à cette grande aventure depuis les années 50 ont également beaucoup à nous apporter. Philippe Keckhut prévoit donc de faire interviewer les chercheurs, ingénieurs et techniciens. « Il y a urgence à récupérer cette mémoire des débuts de l’histoire du spatial », soutient-il.

Pour en savoir plus sur l’histoire des laboratoires pionniers du spatial :http://www.latmos.ipsl.fr/index.php/fr/le-labo/historique

Pour visiter l’Observatoire de Versailles-Saint Quentin en Yvelines lors des journées du Patrimoine :http://www.ovsq.uvsq.fr/ovsq/langue-fr/actualites/les-journees-du-patrimoine-2017-a-l-observatoire-400821.kjsp?RH=1359383780709

Pour soutenir le projet : http://www.fondation.uvsq.fr/campaigns/conquete-spatiale/

 

Article paru sur le site de l’université Paris-Saclay le 13/09/2017

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *